Le succès de l’habitat léger en Wallonie

Écrit le 24 mars 2020

Depuis quelques années, les yourtes, roulottes, cabanes, chalets et autres tiny houses ont le vent en poupe. En Belgique, environ 20.000 personnes ont fait le choix de ce type d’habitat dit « léger ». Cependant, jusqu’à l’année passée, les habitations légères ne disposaient d’aucune reconnaissance spécifique en Wallonie. Aujourd’hui, les choses changent pour ces logements de plus en plus prisés.

L’habitat léger, c’est quoi ?

L’habitat léger peut recouvrir des formes diverses mais satisfait toujours à, au moins, « trois des caractéristiques suivantes: démontable, déplaçable, d’un volume réduit, d’un faible poids, ayant une emprise au sol limitée, auto-construite, sans étage, sans fondations, qui n’est pas raccordée aux impétrants ». C’est du moins ainsi que le Code wallon de l’habitation durable, en vigueur depuis le 1er septembre 2019, définit ce type d’habitation alternative, qu’il distingue du logement traditionnel.

Pourquoi choisir l’habitat léger ?

Les personnes qui choisissent ce mode de vie peuvent avoir des motivations d’ordre économique et / ou écologique : l’habitat léger, bien moins coûteux qu’un logement traditionnel, offre la possibilité de vivre dans le respect de l’environnement.

L’habitat léger peut aussi refléter une philosophie de vie : les citoyens belges qui privilégient ce type de logement désirent revenir à un mode de vie simple, minimaliste, proche du zéro déchet, éloigné de cette société de consommation qui ne correspond plus à leurs attentes.

L’habitat alternatif permet ainsi de mettre de côté le superflus pour se concentrer sur l’essentiel (la famille, les amis, la nature ou les projets personnels) tout en ne rognant pas sur le confort d’une habitation agréable.

Vers une reconnaissance des habitats légers

Avant le 1er septembre 2019, ces habitats ne disposaient d’aucune reconnaissance spécifique et devaient se conformer aux réglementations imposées aux logements traditionnels.

Dorénavant, grâce à l’actualisation du Code wallon de l’habitation durable, le flou juridique entourant ce type d’habitation devrait progressivement refluer. Cependant, certaines modalités en matière de sécurité, de salubrité, d’installation électrique/gaz, d’accès à l’eau potable doivent toujours être fixées afin d’éviter certaines dérives.

Tenté par ce mode de vie ?

L’habitat alternatif est une aventure qui vaut sans nul doute la peine d’être vécue. Il répond à la demande d’une population toujours plus soucieuse de l’environnement et lassée par la société consumériste.

Si vous souhaitez, vous aussi, tenter l’aventure, n’oubliez pas que ce type d’habitat ne vous dispense pas des formalités administratives et juridiques, comme la délivrance d’un permis d’urbanisme laissé à l’appréciation de la commune. Le choix de ce type d’habitat ne se fait pas non plus sans réflexion : bien qu’il propose de très nombreux avantages, il implique également des contraintes dont il faut avoir pleinement conscience. Alors, on se lance ?